Ruptur : pour bâtir une nouvelle économie vertueuse

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Initiative conjointe d’entreprises du 44 et du 85, l’association Ruptur veut contribuer activement à l’économie de demain.

Tout a commencé par une rencontre. A l’automne 2017, des dirigeants membres de l’association APM assistent à une conférence de Gunter Pauli, à Bordeaux. Ce chef d’entreprise belge a créé le concept de l’économie bleue. Le principe ? La nature contient toutes les solutions pour fonder une nouvelle économie. Cette dernière s’appuie sur le biomimétisme de manière à ce que, par exemple, les déchets des uns puissent être utilisés dans les processus des autres.

Une économie de rupture

Convaincus qu’il est possible de créer une nouvelle croissance responsable et durable, une dizaine de dirigeants d’entreprises industrielles et de services de Loire-Atlantique et de Vendée, en quête de sens, se retrouvent. Ils décident de lancer une association : Ruptur. Avec une ambition : « contribuer à créer une rupture environnementale et sociétale, indique Yves Gillet, président du groupe Keran et vice-président de la jeune association. « Notre mission est de révéler et créer de la valeur économique, là où tout le monde voit aujourd’hui une contrainte », peut-on d’ailleurs lire sur le site internet de l’association.

Pour atteindre ce but, Ruptur propose d’agir comme une sorte de guichet unique pour créer, fédérer et transformer les initiatives dans les Pays de la Loire. Pour ce faire, l’association souhaite s’appuyer notamment sur Zeri, la fondation de Gunter Pauli, la TRIA, mais aussi des réseaux comme DRO (Dirigeants Responsables de l’Ouest), APM ou le CJD (Centre des jeunes dirigeants). Elle veut aussi tisser des liens entre les mondes économiques (agriculture, industrie, tertiaire) et favoriser les échanges avec le monde éducatif.

Des chantiers concrets

valeurs rupture association ecopolitan

Les valeurs affichées par l’association Ruptur – ©NL

Ruptur, a officiellement été lancée le 5 avril, à Nantes. Après quelques semaines d’existence, elle compte déjà une trentaine de membres et a amorcé plusieurs actions.

Un événement d’abord, avec Les Journées Bleues qui se dérouleront aux Sables d’Olonne les 25 et 26 septembre prochains. Deux jours au cours desquels Ruptur espère faire venir 500 personnes désireuses de « s’inspirer, découvrir, respirer et agir ».

Des idées de chantiers concrets ont par ailleurs été lancées : transformation du plastique en carburant, recyclage de matériaux de construction, utilisation du lifi (technologie sans fil utilisant la lumière pour envoyer des informations), création de filières locales pour mieux manger dans les cantines, les Ehpad, les hôpitaux…

Enfin, l’association travaille à la mise sur pied d’une Expédition Jules Verne. Elle permettra de partir en 2019 à la découverte de procédés disruptifs, en Europe et en Asie, comme le papier de pierre, qui n’utilise pas d’eau et qui est entièrement recyclable.

« Parmi nos valeurs fondamentales, je retiens principalement quatre mots clés, résume Yves Gillet : pragmatisme, envie, collaboratif et… trublion, parce que nous voulons bousculer ! »

Plus d’informations : www.ruptur.fr

Partager