Grand débat national : les entreprises apportent leur contribution

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les chefs d’entreprise sont des citoyens comme les autres. À ce titre, pas question de passer à côté de l’occasion donnée par le grand débat national de faire entendre leur voix. C’est dans cette optique participative qu’environ 80 chefs d’entreprise élus de la CCI Nantes St-Nazaire et plusieurs membres de communautés de communes de Loire-Atlantique ont participé le 25 janvier dernier à une séance de travail à la chambre consulaire. L’objectif de cette matinée était de réfléchir à différentes préconisations concernant l’un des quatre thèmes préalablement définis par le gouvernement : la transition écologique ; la fiscalité et les dépenses publiques ; la démocratie et la citoyenneté et, enfin, l’organisation de l’État et des services publics.

Les participants ont d’abord répondu individuellement aux questionnaires mis à disposition par le gouvernement, puis ont débattu d’un thème par table réunissant des acteurs variés en termes de secteur d’activité et de taille de structure. Enfin, pour clore cette matinée, chaque table a effectué une restitution de son travail de brainstorming.

Un inventaire à la Prévert

Corinne Besnard, présidente de Créatic Emball Services et 1ere vice-présidente de la chambre de commerce a ainsi rendu compte des échanges d’une des tables consacrées à la transition écologique. « Nous nous sommes attachés à arriver à des solutions concrètes », a précisé la dirigeante avant de développer plusieurs items : développement des circuits courts, protection des savoir-faire et appellations d’origine, soutien à la relocalisation de l’industrie via un coût moindre du travail et du transport…

La restitution collective en présence, notamment, des députés Valérie Oppelt et Mounir Belhamiti venus « écouter » le monde entrepreneurial, a mis en avant les convictions des participants et la diversité des idées. Dans cet inventaire à la Prévert, les dirigeants ont par exemple soulevé la nécessité du renforcement des liens entre le monde économique et celui de l’éducation, proposé l’instauration d’un séjour obligatoire de trois jours en entreprise pour les élus, aspiré à la prise en compte du vote blanc, à l’évaluation de l’efficience des politiques publiques ou encore au passage d’une politique de seuils à celle d’une progressivité linéaire des impôts.

Une synthèse de ces propositions devait être transmise par la CCI aux 55 000 entreprises ressortissantes.

Partager