Franchissement de la Loire : la CCI jette un pavé dans la mare

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Après le coup d’arrêt au transfert de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, l’Etat se prépare-t-il à faire de nouveau faux bond au territoire ? C’est en tout cas un risque envisagé par les élus, à commencer par le président de la CCI Nantes St-Nazaire, qui a préféré prendre les devants.

Le nouveau cheval de bataille de Yann Trichard ? La création d’un franchissement supplémentaire de la Loire, à proximité immédiate du Pont de Cheviré et qui se connecterait au réseau routier existant. Aujourd’hui, le trafic est régulièrement saturé sur le pont et l’augmentation constante du trafic de l’aéroport Nantes Atlantique (+ 18% au premier trimestre, avec une progression attendue d’au moins 500 000 passagers par an les années suivantes) laisse présager des difficultés grandissantes, constituant une menace pour le dynamisme économique du territoire, selon le président de la CCI.

Sauf que, pour que la réalisation de cette infrastructure soit envisageable, il faut que l’Etat prenne ses responsabilités en finançant ce projet aux côtés de la Région et de la Métropole.« Si le gouvernement ne prend pas la parole sur ce sujet dans les prochaines semaines, ce nouveau franchissement ne verra pas le jour avant 20 ans », a ainsi alerté Yann Trichard.

Le Premier ministre Édouard Philippe a en effet prévu de se rendre à Nantes fin juin ou début juillet. Il devrait y faire des annonces concrètes concernant un « projet stratégique pour les mobilités du grand ouest », selon les propos de la ministre des Transports, Elisabeth Borne.

Bruno Retailleau, dès l’automne 2017, avait fait de la saturation du pont de Cheviré un sujet prioritaire. « Au fil des ans, ce pont est devenu l’illustration de la saturation des infrastructures routières existantes qui bloque le trafic entre le sud et le nord de la Loire, et qui pénalise les échanges économiques comme les déplacements des Ligériens », évoquait ainsi l’ancien président du Conseil régional.

En octobre dernier, l’Etat avait accepté de co-financer une étude sur la possibilité d’un nouveau franchissement de la Loire pour soulager le pont de Cheviré. Cette étude, en cours, doit en revanche prendre en compte plusieurs scénarios : tunnel à l’ouest de l’Île de Nantes, élargissement du pont Anne-de-Bretagne… et le doublement du pont de Cheviré.

Partager