Les slasheurs vont-ils devenir la norme ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Ils cumulent plusieurs métiers ou activités… Ces dernières années, les « slasheurs » investissent de plus en plus le monde du travail. Pourquoi cette mutation ?Cette tendance va-t-elle continuer de se développer ? Quelles conséquences sur le management des entreprises ?  Eléments de réponse avec Annie Guerreiro, directrice associée de Hura Portage Ouest.

Que désigne le terme « slasheurs » ?

Il s’agit d’une personne qui cumule plusieurs activités et peut avoir un domaine d’expertise se déclinant au travers de différents métiers. Ce terme ne fait pas référence à un seul et unique secteur d’activité et il ne faut pas croire que le mot vient du monde des start-up, de la communication ou du digital. Un DRH, un DAF ou un manager de transition peuvent être concernés. Mais ce terme ne parle pas toujours car il n’est pas encore inscrit dans notre culture.

Qui sont ces slasheurs ?

Il s’agit de professionnels de nature curieuse, qui se présentent comme des indépendants, agiles et plutôt inventifs que spécialistes. Ils fuient l’ennui et ne veulent pas subir leur activité. Ce sont des personnes passionnées et des travailleurs multitâches qui ont fait évoluer leur trajectoire professionnelle car elles veulent être maîtres de leur activité. Il y a aussi des personnes en CDI touchées par une certaine lassitude qui cherchent un complément à leur activité. Certaines activités exercées par des jeunes (livreurs à vélo…) sont plus visibles, mais cette évolution concerne toutes les générations. Toutes sont en quête d’équilibre entre vie professionnelle et personnelle et veulent donner du sens au travail.

Cette multi-activité peut aussi être subie ?

Effectivement, car certaines missions très courtes sont peu rémunératrices. Les personnes n’ont alors par d’autres choix que de multiplier les activités par nécessité économique.

Cumuler plusieurs activités n’est pas nouveau. Pourquoi est-ce aujourd’hui une tendance de fond ?

Le slasheur a en effet toujours existé. Aujourd’hui, on assiste à une médiatisation de ce terme apparu en 2007 en Angleterre mais employé en France depuis moins d’un an. Par ailleurs, le nombre croissant d’entrepreneurs en France accompagne cette tendance. De plus, aujourd’hui, on demande aux collaborateurs d’être multi-compétences. Ce qui peut aussi avoir un impact.

Cette tendance va-t-elle se développer au point de devenir une norme ?

Oui, clairement ! D’après l’Insee, plus de 2,3 millions d’actifs français cumulaient deux emplois ou plus en 2018et près de 3 salariés sur 10 souhaiteraient exercer deux activités salariées en parallèle. Il y a une vraie mutation du marché du travail qui s’opère. Aujourd’hui, le CDI est encore la norme. Or, il n’y a plus de carrière linéaire.

La norme de la mono-activité est en train de disparaître. Je suis convaincue que l’emploi classique va se réduire au profit des travailleurs indépendants, le statut d’auto-entrepreneuriat et le portage salarial offrant un cadre juridique. Un indicateur : le chiffre d’affaires des entreprises de portage salarial (au nombre de 250 en France, soit 70 000 salariés) a bondi de 22 % entre 2015 (600 M€) et 2017 (900 M€).

Ce concept de « slasheur » est-il bien perçu par les entreprises ?

Les entreprises et les slasheurs ont dû mal à se rencontrer et à se comprendre. En effet, ces derniers, notamment les jeunes, cherchent à multiplier les expériences et n’ont pas envie de s’engager. Ce qui peut être signe d’une instabilité vue du prisme des entreprises. Du coup, certaines n’arrivent pas à séduire, avec à la clé un gâchis des talents assez édifiant.

La diversification fait peur aux DRH qui seront pourtant contraints d’adapter leur manière de recruter et d’être davantage dans l’ouverture au profit de ces nouveaux profils hybrides, libres et indépendants. La nouvelle génération de DRH va apporter cette nouvelle manière de voir le monde du travail et convaincre les entreprises que les slasheurs sont un atout. Si elles ne réagissent pas, elles vont se priver de pépites !

Partager